Alphabet arabe

 Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode. Pour un article plus général, voir Écriture de l'arabe. L'alphabet arabe est un abjad, c'est-à-dire d'un système d'écriture ne notant que les consonnes (ou peu s'en faut). Il comporte initialement 28 lettres et s'écrit horizontalement de droite à gauche. Les diverses langues qu'il sert à noter ont donné lieu à de nombreuses adaptations de l'alphabet arabe à leur système phonologique. L’écriture arabe courante ne note pas les voyelles, qui peuvent cependant apparaître sous forme de diacritiques dans certains textes à caractère didactique (Coran, apprentissage de la lecture, dictionnaires). De ce fait, un mot écrit en arabe peut généralement admettre plusieurs lectures suivant la répartition (ou l'absence) de voyelles et de redoublement de consonne, et s'apparente souvent à une sténographie : il faut pouvoir lire correctement un texte pour le comprendre, et il faut comprendre un texte pour le lire correctement ; seule une bonne connaissance de la langue permet de déterminer le bon mot en fonction du contexte. Cette faculté de l'écriture arabe découle de la structure consonantique des langues sémitiques, où les consonnes sont généralement porteuses de la sémantique, les voyelles ne dépendant que de la nature lexicale et la fonction grammaticale. De ce fait, l'écriture arabe note plus particulièrement la sémantique d'ensemble, à la manière d'un idéogramme, laissant en grande partie au lecteur le soin de traduire la lecture en langage courant. Avec l'expansion de l'islam, différentes langues ont adopté le système d'écriture de l'arabe, langue du Coran, et l'usage de l'alphabet arabe s'est progressivement répandu. C'est ainsi que cet alphabet sert également à écrire certaines langues indo-européennes comme le persan, le kashmiri, le sindhi, l'ourdou, le kurde. Il est aussi utilisé en Chine, plus particulièrement dans les provinces du Xinjiang, du Gansu et du Ningxia, ainsi que par différentes minorités chinoises qui ont embrassé l'islam (on parle dans ce dernier cas de xiao'erjing). Anciennement, l'arabe a encore servi à noter certaines langues d'Afrique (swahili, haoussa, wolof, somali), ainsi que le turc jusqu'en 1928. Cet article ne traite pas de la prononciation de l'arabe, ni de sa transcription.

Mots

Ce tableau présente un exemple d'utilisation des listes de mots pour l'extraction de mots-clés à partir du texte ci-dessus.

Le motFréquence de motNombre d'articlesPertinence
arabe9148700.117
l'arabe48050.083
voyelles32330.072
langues589220.072
alphabet37950.062

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn more. Got it.